Relaxation

Les thérapies cognitives et comportementales (TCC) contre les troubles quotidiens

Diplômée de l’Association Française de Thérapie Comportementale et Cognitive (Paris), Noëmie Perez est spécialiste en TCC pour adultes et adolescents à partir de 16 ans. Cette thérapie s’adresse à tous ceux qui souffrent de problèmes d’anxiété et de comportement (angoisses, TOC, phobies, insomnies, etc).

Qu’est-ce que les thérapies cognitives et comportementales (TCC) ?

Les thérapies cognitives et comportementales rassemblent les méthodes de deux grands courants de la psychologie. D’un côté, elles agissent sur les pensées pour déconstruire les émotions négatives du patient : c’est la méthode « cognitive ». De l’autre, elles agissent sur les comportements qui font obstacle à l’épanouissement du patient : c’est la méthode « comportementaliste ». Plutôt que de privilégier l’une ou l’autre approche, les TCC tentent de modifier à la fois les pensées et les comportements.

Ces thérapies sont alors particulièrement efficaces contre les troubles de la vie de tous les jours. Elles permettent de soigner les symptômes qui nous invalident dans notre quotidien. Depuis leur apparition au XXe siècle, les TCC n’ont eu cesse de prouver leur efficacité en tant que thérapie brève.

Une thérapie qui combat toutes les formes d’anxiété

Les TCC sont particulièrement recommandées pour les troubles anxieux comme les phobies, les attaques de panique, les troubles obsessionnels compulsifs (TOC) et les syndromes de stress post-traumatique, par ailleurs l’une des spécialités de Noëmie Perez. L’objectif est de déconstruire les schémas mentaux (ruminations, angoisses, raisonnements erronés) et comportements (rituels, évitements, sidération, agressivité) qui nous empêche de nous réaliser pleinement.

Suivant la même logique, les thérapies cognitives et comportementales peuvent aussi être recommandées en cas de troubles de l’humeur et du comportement tels que : états dépressifs, anxiété, stress, anorexie et boulimie. Les TCC sont aussi indiquées en cas d’addictions : alcoolisme, toxicomanie, tabac, jeux d’argent, jeux vidéo et autres dépendances.

Plus globalement, les TCC ont vocation à briser tout schéma nous tenant ligotés aux mêmes difficultés personnelles : scénarios de vie répétitifs, manque de confiance en soi ou honte, problème de communication, timidité invalidante, difficultés d’adaptation, comportements autodestructeurs.

Pourquoi les thérapies cognitives et comportementales fonctionnent (TCC)

Les TCC sont particulièrement utiles si face à vos difficultés, vous recherchez une thérapie allant « droit au but ». En effet, l’objectif des TCC est d’identifier quels chemins mentaux sont à l’origine de nos désordres psychologiques, pour ensuite les remplacer par des schémas plus adaptés. Ces éléments se définissent en séance, à travers la conversation et la réalisation de petits exercices.

Chaque séance avec Noëmie Perez a pour but de déconstruire nos pensées inopérantes pour prendre d’autres pensées, plus positives, en habitude. Les comportements compulsifs ou incompris seront analysés afin que le patient apprenne à adopter les attitudes qui favoriseront sa réussite personnelle. Les TCC nous permettent ainsi de dénouer des situations qui nous paraissaient insolubles et d’entreprendre des actions qui nous semblaient hors de portée.

Comment se déroule une thérapie cognitive et comportementale (TCC)

En préambule, le psychologue va poser plusieurs questions au patient pour dresser ce que les TCC appellent l'analyse fonctionnelle. L’analyse fonctionnelle est une étape cruciale des premières séances et peut être réajustée en cours de thérapie. Cette étape cherche à apporter deux réponses fondamentales correspondant à deux temps distincts : pourquoi ce trouble est-il apparu ? pourquoi ce trouble continue-t-il d’exister « ici et maintenant » ? Pour y répondre, le thérapeute identifie les situations qui déclenchent des troubles chez le patient et en liste toutes les caractéristiques : début et fin, contexte, fréquence, durée, réaction, etc. Ces données lui servent à dresser les objectifs et les moyens d’une thérapie « sur-mesure ».

En thérapie cognitive et comportementale, l’interaction est au coeur du processus de guérison. De la première à la dernière séance, le psychologue ne cesse de guider le patient pour qu’il explicite au maximum ses difficultés. Ensemble, ils identifient l’origine des souffrances ainsi que les objectifs concrets de la thérapie. Ces objectifs doivent être à la portée du patient, et se matérialisent par la réalisation de tâches précises.

Les techniques sollicitées pour atteindre ces objectifs peuvent être éprouvantes. Il peut par exemple s’agir d’exercices confrontant le patient face à sa phobie, en séance ou bien en situation à l’extérieur. Pour éviter tout résultat contre-productif, le psychologue ne forcera jamais le patient à exécuter un exercice pour lequel il ne se sent pas prêt. Cette collaboration, où chacune des parties fixe ses règles et ses limites, garantit la réussite de la thérapie.